Partenaires

Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

17 rue de la Sorbonne
75005 Paris

Partenaires

Logo tutelle

Accueil du site > Séminaires > Archives des séminaires > 2011-2012 > Monique Goullet et Benoît Grévin

Monique Goullet et Benoît Grévin

Séminaire de recherche - LAMOP

Séminaire de latin médiéval
Le vendredi de 13h à 15h , Sorbonne - Salle Perroy
Thèmes de recherche
Le séminaire est ouvert à tous les intéressés : étudiants de niveau moyen comme avancé (les étudiants étrangers à Paris 1 sont également bienvenus) ; enseignants-chercheurs et chercheurs de tous horizons.

Programme pour l’année universitaire 2011-2012 « Latins mérovingiens »

Depuis les travaux menés par les linguistes dans les deux dernières décennies du vingtième siècle, la perception des « latinités mérovingiennes » a été profondément modifiée. À la vision traditionnelle d’une latinité plus ou moins déviante, parce que subissant la pression de langues vulgaires en formation, a succédé une plus juste appréhension de la complexité de niveaux linguistiques et stylistiques en interaction constante au sein de ce qui était encore, pour les populations romanophones des royaumes francs, un (dia-)système linguistique unitaire : le latin tardif. Dans la documentation d’époque mérovingienne (entendue ici au sens large, de la seconde moitié du Ve siècle au milieu du VIIIe siècle) coexistent en effet toutes sortes de latins, qui reflètent autant de stratégies de communication : des poèmes précieux ou baroques des élites lettrées aux textes administratifs ou parodiques apparemment les plus déformés par rapport à la « norme » classique, de l’épitaphe à la chronique, en passant par l’historiographie et l’hagiographie, ce sont autant de témoignages d’une diversité stylistique qui peut être envisagée sous l’angle de la crise comme du foisonnement. Le séminaire de latin médiéval de 2011-2012 vise à examiner un spectre le plus varié possible de ces textes latins mérovingiens, quels que soient leur genre et leurs caractéristiques, pour réfléchir aux conséquences pour l’historien comme pour le latiniste des avancées de ces dernières années, qui posent un ensemble de problèmes d’édition, de linguistique, mais aussi d’histoire littéraire et culturelle.