Partenaires

Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

17 rue de la Sorbonne
75005 Paris

Partenaires

Logo tutelle

Accueil du site > Séminaires > Archives des séminaires > 2011-2012 > Autres séminaires

Autres séminaires

Groupe de travail sur Paris au Moyen Âge IRHT-LAMOP

« Production de l’écrit : travail et compétences des scripteurs »
Organisation : Caroline BOURLET (IRHT) et Boris BOVE (Paris VIII et IRHT). Coordination du thème sur les acteurs de l’écriture : Julie CLAUSTRE (Paris 1 UMR 8589 LAMOP)
7 séances,le vendredi de 14h30 à 17h30 à partir du 18 novembre 2010, à l’IRHT, 40 avenue d’Iéna, 75116, Paris
Salle Jeanne Vieillard, à 14h30 (métro Iéna)
Programme
Compte rendu de la séance 16 décembre 2011
Comptes rendus, établis par Yvolène Le Maresquier et relus par les intervenants, des communications de D. Poirel sur l’écrit à Saint-Victor, Elisabeth Lalou et Caroline Bourlet sur Guillaume d’Ercuis et ses archives (séance du 20 janvier) et de Boris Bove sur le Livre vert de saint-Denis (séance du 17 février).

Pour la deuxième année consécutive, le séminaire du Groupe de travail sur Paris au Moyen Age (IRHT-LAMOP) s’intéressera aux acteurs de l’écrit parisien. La connaissance de la place de l’écrit dans la société médiévale a connu dans les dernières décennies de profonds renouvellements. Le développement du recours à l’écrit dans une société où les interactions socialement structurantes étaient largement fondées sur l’oralité aurait produit des glissements dans les pratiques et les techniques d’administration, de gouvernement, de contrôle, mais aussi de savoir. Les fonctions de l’écrit médiéval apparaissent de plus en plus comme très diverses et, pour partie, spécifiques. Paris et l’espace parisien n’ont guère été étudiés, ni même situés dans les évolutions générales ainsi récemment tracées par la recherche historique. Le séminaire s’est donc emparé de ces questionnements en 2010-2011 et y reviendra en 2011-2012. Que peut-on dire du cas parisien et francilien relativement au développement de l’écrit : est-il précoce, lié à l’urbanité, lié à la capitalité, spécifique ? Le travail collectif ne cherche pas seulement à répondre à cette question, il vise également à croiser l’approche des pratiques, des usages et des techniques de l’écrit, caractéristique de ce champ d’étude, et l’approche sociale des hommes et des femmes du Paris médiéval qui est la marque propre de notre groupe de travail.
L’année 2010-2011 a donc focalisé l’attention sur les acteurs de l’écrit, sur ceux, professionnels ou non, qui tenaient effectivement la plume, qu’ils aient été appelés scribes, clercs, greffiers, notaires, écrivains etc, afin de tenter d’ébaucher une histoire sociale des acteurs de l’écrit à Paris. Elle donnera lieu à la publication prochaine d’un dossier dans un volume des Mémoires Paris et Ile de France.
Le séminaire de l’année 2011-2012 vise à poursuivre cette réflexion générale en mettant plus nettement en relation acteurs et techniques de l’écrit ; il aura donc pour titre Production de l’écrit : travail et compétences des scripteurs.