Partenaires

Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

17 rue de la Sorbonne
75005 Paris

Partenaires

Logo tutelle

Accueil du site > Champs de recherche > Techniques - technologies > Archéologie nautique > Histoire et archéologie des territoires fluviaux

Histoire et archéologie des territoires fluviaux

Responsable : Virginie Serna

Navigation et navigabilités des petites rivières
De 2009 à 2011, la recherche menée dans le cadre du PCR « Navigation et navigabilités des petites rivières » (direction Virginie Serna) s’est poursuivie sous deux formes : recherche de la matérialité des aménagements au travers des prospections inventaires pédestres, à gré d’eau et subaquatiques, la collecte au sein des sources manuscrites et imprimées des données sur leur construction (de la conception à la réalisation et à la maintenance en passant par la notion de chantier). La recherche sur les termes liés à l’espace fluvial du Cher et à sa navigation sera également mise en route (une journée du PCR a déjà été programmée en 2008 pour permettre d’échanger termes, définitions et expressions). Ces recherches accompagnent un projet de publication. Il s’agirait, au travers de ce dernier, de rendre compte des données restituées de la navigation sur le Cher du Moyen Age jusqu’à nos jours, de repérer des périodes d’aménagement et de réfléchir au devenir de cette rivière à l’heure où se met en place le schéma d’aménagement de gestion des eaux (SAGE) du Cher. Pour autant, il sera également fait la part belle à l’épistémologie de cette recherche sur la rivière.
Afin de mener à bien l’ensemble du projet, il est proposé, en liaison avec le LAMOP et l’association « Hommes et Cours d’eau », d’organiser en 2010 une journée d’étude autour du thème : « Vers une écriture nouvelle de la rivière ? Penser la rivière médiévale autrement ? » autour de quatre ouvrages de référence :
- C. Deligne, Bruxelles et sa rivière- Genèse d’un territoire urbain (12e-18e siècle), Turnhout, 2003, les nouvelles manières de penser et d’écrire la rivière médiévale, 2003 ;
- J. Plumier, M. Regnard (coord.), Voies d’eau, commerce et artisanat en Gaule mérovingienne, 2005 ;
- J. Rossiaud, Dictionnaire du Rhône médiéval. Identités et langages, savoirs et techniques des hommes du fleuve (1300-1550), 2002 ;
- M. Suttor, Vie et dynamique d’un fleuve, La Meuse de Sedan à Maastricht (des origines à 1600), 2007.
Les ouvrages seront présentés en séance par des rapporteurs en présence des auteurs et débattus : cette rencontre permettrait de présenter notre propre approche d’un territoire fluvial et d’envisager des débats pertinents entre historiens et archéologues, ces derniers présentant leurs recherches dans ce domaine (travaux récents en archéologie préventive de Lyon, Bordeaux, Strasbourg notamment.

Épistémologie et archéologie : collecter termes et langages des constructions de l’eau
À l’intérieur d’un Moyen Âge défini de façon large et ouvert à la période moderne (XIe-XVIIIe siècle), il s’agit de tenter de mesurer, au sein des ouvrages imprimés dit « techniques » ou encyclopédiques, l’innovation ou la pérennité des équipements liés au cours d’eau à travers l’expression écrite et dessinée qui en est faite (termes et planches figurées). L’étude de ce vocabulaire des constructions de l’eau deviendra, par une recension méthodique et raisonnée, un outil de connaissance des procédés techniques, un instrument d’anthropologie historique ; les manières de désigner ces constructions et de parler du fleuve paraissant des révélateurs pertinents des valeurs partagées par des communautés diverses, depuis les riverains du fleuve jusqu’aux ingénieurs des Ponts et Chaussées.

Enquête archéologique : des mots aux choses
Nous avons pu élaborer, au cours de nos précédentes recherches, un premier bilan des indices de navigabilité des petits cours d’eau en région Centre, en passant par des prospections archéologiques subaquatiques et pédestres, des investigations dans les archives municipales et nationales, des recherches au département des Cartes et plans à la Bibliothèque nationale de France. Un premier bilan impose un constat : la vocation marchande et donc la navigation se fait jour très tôt sur ces rivières que l’administration classera pourtant au XIXe siècle comme « non-navigables ».
L’enquête va se poursuivre sur le terrain sous deux formes : la matérialité de ces aménagements et les données sur leur construction (de la conception à la réalisation et à la maintenance en passant par la notion de chantier) sont donc recherchées pour répondre à ces questions autour de la rivière aménagée et de ses objets.
Ces deux thèmes de recherche, collecte du vocabulaire des constructeurs et des constructions et prospections archéologiques afin de confirmer les données matérielles, restent donc les objectifs à développer. Ils vont être appliqués également lors de notre collaboration aux fouilles programmées sous la direction d’E. Rieth sur les sites de l’épave EPI de Taillebourg (Charente) et de l’épave de la Canche (Nord).

Aestuaria, 12 (2007). Archéologies en Loire. Actualité de la recherche dans les régions Centre et Pays-de-la-Loire. Collection "Fleuves et archéologie".
PDF - 19.4 ko
Sommaire Aestuaria
JPEG - 15.1 ko

Mots-clés

Archéologie nautique