Partenaires

Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

17 rue de la Sorbonne
75005 Paris

Partenaires

Logo tutelle

Accueil du site > Champs de recherche > Livres - textes - langages > Textes et corpus > Savoirs linguistiques et pratiques du langage dans la société occidentale tardo-médiévale (XIIe-XVe siècle)

Savoirs linguistiques et pratiques du langage dans la société occidentale tardo-médiévale (XIIe-XVe siècle)

Responsable : Benoit Grévin

Le programme se distribue entre plusieurs recherches du laboratoire et est dirigé par Benoît Grévin (Chargé de Recherche). Il est fondé sur des questions de communication et une analyse des textes, mais il est aussi multidisciplinaire, car impliqué dans les champs de la politique, de la rhétorique, de la linguistique, de la littérature épistolaire, et il intéresse particulièrement les thématiques : Genèse de l’État moderne, L’Église, corps social et Latin médiéval dont il alimente d’ailleurs le séminaire du même nom durant les deux années qui viennent. Ce projet prend en compte les rapports entre latinité et langues sémitiques.
Il s’agit en effet d’examiner deux modalités différentes de l’inscription des savoirs linguistiques et des pratiques du langage dans la société occidentale tardo-médiévale (XIIe-XVe siècle) :
- la diffusion de nouvelles techniques de formalisation du latin (ars dictaminis) aboutissant à la création d’une rhétorique du pouvoir médiolatine originale, en prise directe sur la transformation des langages politiques et administratifs au XIIIe-XVe siècle ;
- la perception et la connaissance des langues sémitiques en milieu latin pendant la même période.

La parution des recherches de thèse mises en perspective sous le titre Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la transformation du langage politique occidentale (XIIIe-XVe siècle), Rome, École française de Rome, 2008, 930 pp., marque une inflexion dans les recherches sur la diffusion et la pratique de l’ars dictaminis politique dans les chancelleries et lieux d’écriture du bas Moyen Âge, qui sont désormais étendues, à partir de la méthodologie développée pour cette collection, aux deux plus grandes collections de lettres papales équivalentes par l’importance de leur diffusion aux Lettres de Pierre de la Vigne. Les résultats de cette extension du champ d’investigation sont en cours de présentation dans une première série de publications qui s’étaleront sur la période 2008-2010 (cf. notamment Les mystères rhétoriques de l’Etat médiéval, Annales HSC, printemps 2008) ; elle se continuera par un travail d’études de la circulation et de la réorganisation des principales collections de textes-modèles servant à la rédaction de textes politiques dans l’Occident latin des années 1250-1450, traduit par la complémentation progressive d’une banque textuelle et une étude quantitative et qualitative portant sur quelques mille manuscrits, qui débouchera à termes sur la constitution d’un instrument de travail informatique pour le repérage de réutilisations de modèles épistolaires politiques contenus dans les summe dictaminis et formulaires dans la création de nouveaux textes politiques. En complément à ce travail de longue haleine qui permettra un saut qualitatif dans la compréhension des techniques d’écriture politique tardo-médiévale mais se trouvera encore à mi-chemin à l’horizon 2012, un certain nombre de publications commenceront à envisager les problèmes de lien entre la pratique de cette rhétorique politique et l’histoire du droit et de l’idéologie médiévale.
Parallèlement à cette activité de recherche personnelle, on progressera dans la mise en réseau d’un ensemble de chercheurs européens et nord-américains travaillant à la reconstitution des pratiques d’écriture politique centrés sur l’ars dictaminis, avec trois objectifs principaux : la capitalisation en cours des compétences existantes en France (IRHT), Allemagne (Berlin, Munich) et Italie (Vérone-Rome-Naples) ; la création d’un nouveau pôle de recherches sur le devenir de l’ars dictaminis politique en Europe centre-orientale, regroupant chercheurs ouest- et centre-européens (en particulier : république tchèque, Pologne) ; la mise en synergie d’une réflexion interdisciplinaire entre chercheurs littéraires et historiens autour du problème du passage de la théorie rhétorique à la pratique.

- Du côté de la connaissance et de la pratique des langues sémitiques en milieu latin à la fin du Moyen Âge, sans négliger des recherches plus vastes, le quadriennal sera principalement occupé par un travail de recherche sur la connaissance de l’arabe en Italie au XVe et de ses liens avec les interactions culturelles judéo-chrétiennes, lié à l’édition-commentaire du ms. Vat. Hebr. 357, coran judéo-arabe intégralement annoté et glosé en latin par Guglielmo Raimondo Moncada, alias Flavius Mithridate, principal enseignant d’arabe dans l’Italie des années 1460-1480. Ce travail de longue haleine devrait déboucher sur la publication de l’édition à la fin du quadriennal : les étapes préparatoires en seront présentées dont différentes publications, et notamment les actes du colloque « Flavius Mithridate » organisé à Caltabellotta (Sicile) en juillet 2008. Il est effectué en synergie avec plusieurs institutions de recherche italiennes, le travail d’édition étant sous la coresponsabilité de G. Mandalà (Florence) et B. Grévin.

- Enfin, il apparaît progressivement que les deux problématiques de la recherche devraient être renforcées mutuellement par un accroissement de la réflexion méthodologique et d’expériences pratiques de comparatisme liant l’inscription des cultures rhétoriques et linguistiques dans les sociétés occidentale et orientale, notamment au niveau des écritures du pouvoir. L’ouverture en 2008 d’un chantier comparatiste, marqué par une collaboration avec les travaux communs de l’axe d’étude sur les écritures du pouvoir dans le monde islamique occidental formé par l’université de Madrid Complutense et le CSIC espagnols, la Casa de Velazquez et l’université Paris 1 (P. Buresi) et par une autre avec le programme de l’EPHE sur les structures formels des échanges diplomatiques entre Occident et Islam, forment là encore le pendant collectif de recherches personnelles qui déboucheront à intervalle régulier sur la parution d’articles ou d’essais de synthèse à forte inflexion comparatiste, portant principalement mais non uniquement sur la modélisation des traductions idéologiques des dynamiques linguistiques des sociétés traditionnelles.

Rhétorique du pouvoir médiéval
Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la transformation du langage politique occidentale (XIIIe-XVe siècle), Rome, École française de Rome, 2008
JPEG - 25.1 ko